Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rien que pour nos yeux

Publié le par Marie et Guidu

Vendredi 5 août :

Départ matinal aujourd’hui en direction des monastères des Météores. Il est possible de faire une randonnée qui fait le tour de tous les monastères encore en activité, au nombre de 6. Mais ce trek fait près de 18 kilomètres et présente plus de 800m de dénivelé au total. Avec Madeleine sur le dos, cela paraît un peu compliqué, d’autant que deux d’entre eux sont fermés aujourd’hui. Nous coupons donc la poire en deux. Aujourd’hui, nous irons voir les 3 premiers, les plus loin de notre logement, et demain nous irons visiter les 3 autres en prenant la moitié du trek.

Nous nous retrouvons donc à l’ouverture devant le monastère d’Agios Stefanos après nous être arrêtés sur des points de vue spectaculaires.

De gauche à droite, Roussanou, Agios Nikolaos, Grand Météore et Varlaam

De gauche à droite, Roussanou, Agios Nikolaos, Grand Météore et Varlaam

Rien que pour nos yeux

Le monastère Agios Stefanos se situe sur un piton rocheux qui aurait été colonisé pour la première fois par un ermite au XIIème siècle mais c’est au XIVème que le monastère a entamé sa construction. Elle aurait été débutée en 1404 par un moine d’origine serbe. Première particularité, Agios Stefanos ne veut pas dire St Stéphane mais St Etienne, sûrement une subtilité entre grec ancien et grec moderne. Les bâtiments sont magnifiquement restaurés. Le monastère a été très endommagé durant la deuxième guerre mondiale. De nombreuses fresques ornent les deux églises que comporte le lieu et les vues sont splendides. Une bonne entrée en matière.

Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux

Nous redescendons un peu en direction du monastère de la Sainte-Trinité. Il aurait été fondé en 1476. Il faut aller se le chercher celui-ci car il y a près de 200 marches à gravir pour l’atteindre. Il commence à y avoir un peu de monde et nous avons bien fait de laisser la voiture sur le parking  d’Agios Stefanos. Il est un peu plus petit qu’Agios Stefanos (sait Etienne pour ceux qui n'auraient pas lu le premier paragraphe) et probablement un peu moins riche pour ce qui concerne les fresques, mais ici encore les vues sont époustouflantes et le cadre invite à la méditation. Pour autant, quand on voit les falaises abruptes qui entourent le piton sur lequel est fondé le monastère, on se dit que les bâtisseurs devaient bien se prendre quelques bières en fin de journée. C’est dans ce monastère que l’on a le plus la sensation de rocher. En effet, les magnifiques jardins s’étendent jusqu’à l’extrémité du pic rocheux. Ce n’est pas pour rien que le site a été choisi pour être le théâtre d’une scène de James Bond dans « Rien que pour vos yeux » avec Carole Bouquet. Roger Moore escalade la falaise pour aller chercher un système top-secret de défense militaire. Il se passe moultes péripéties mais, à la fin, c’est le gentil qui gagne.

Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux

Nous redescendons à notre maison pour déjeuner et siester puis nous remontons en direction du monastère de Roussanos, devenu un couvent depuis et connu également sous le nom de Santa Barbara, rien à voir avec la série relou des années 80, mais parce qu’une église est consacrée à Sainte Barbara (Barbapapa comme le dit Madeleine). Son autre nom, Roussanos viendrait du fait que le premier ermite à s’y être installée s’appelait Roussanou. Alors, pourquoi pas le monastère de Roussanou ? Et bien, on n’en sait rien !

Ce monastère est, lui aussi, très bien conservé. On peut l’atteindre assez facilement sans avoir à beaucoup gravir de marches. Il n’est pas bien grand car les sœurs n’ouvrent qu’une petite partie du couvent mais il offre des vues sur le site et ses églises abritent de belles fresques que nous n’avons pas le droit de photographier. Une sœur nous demande comment s’appelle Madeleine. Nous lui répondons « Magdalena » car nous avons des bases solides de grec. Elle nous demande si elle est orthodoxe. Nous lui répondons que non et la pauvre sœur repart dépitée en se frappant les jambes un peu comme quand Madeleine trouve porte close devant une « maison-de-Jésus ». « Tant pis, c’est la vie ! »

Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux
Rien que pour nos yeux

Nous redescendons au village de Kastraki pour une petite balade au milieu des Météores et arriver au monastère de Saint Antoine. Ce monastère, bien que toujours en activité, n’est pas ouvert au public. Il n’est pas au sommet d’un rocher comme les autres mais il est semi-troglodytique et assez impressionnant.

 

Rien que pour nos yeux

On en a plein les yeux et on peut rentrer à la villa pour finir la soirée. Demain, on crapahute !

Commenter cet article